Banalités

La banalité caractérise ce qui est commun, trivial ou insignifiant

Je parlais d’influences culturelles en musique lundi dernier. Parlons en concrètement. S’il me fallait donner une définition à ce qu’on appelle « World Music », je pense que je sortirais toute la discographie de Nguyên Lê sans rien dire. Ce personnage d’origine Vietnamienne vit à Paris et s’associe continuellement avec des musiciens de tous origines pour créer ou s’approprier des standards musicaux en fonction de ces origines mêmes. Ici, une reprise de Black Dog de Led Zeppelin en live. Le jeu de guitare de Nguyên Lê a toujours été spécifique et on ne peut que sentir l’influence de ses origines. Certains albums comme Maghreb & Friends rapprochent le Viêt Nam du Sahara. Purple, un autre ovni est incroyable : c’est tellement inattendu d’entendre du Jimi Hendrix en vietnamien.

Paris étant un point de convergence de cultures, on comprend que M. Lê ait choisi de se poser là bas pour créer ses projets. Juste un petit mot sur le bassiste présent dans cette vidéo. Il s’appelle Linley Marthe, le meilleur bassiste Mauricien en ce qui me concerne.

Ça doit faire des années que je suis tombé sur l’album Duality de Prashant Aswani. Pour être honnête, j’ai écouté l’album parce que je m’intéresse toujours aux influences des origines culturelles sur la musique. Dans le domaine du Jazz, c’est assez connu car on entend arriver çà et là un thème donné qui sonne « oriental » ou « africain » (attendez les prochains lundis). En « shred » (je déteste ce mot car extrêmement réducteur), c’est tout autre chose. Le feeling et la construction prennent le dessus. Ici on voit que chaque plan est sculpté. Le sens du détail est important, le besoin de faire passer la bonne note au bon moment nous fait penser au maître Robben Ford alors que le feeling rappelle un certain Vinnie Moore. Dégustez !

Le lundi est un jour que beaucoup n’aiment pas. On va donc publier un petit truc sympa pour égayer cette journée. Allons faire un tour dans le Pacifique. Si on nous parle de Jack Johnson ou Iz Kamakawiwolé, tout le monde connait. Le tissu musical d’Hawai’i cache aussi quelques perles. Parmi se trouvent Kimié Miner. Je vous laisse apprécier cette petite perle qui tourne en boucle à la maison depuis quelques temps. Le guitariste/chanteur qui l’accompagne est un autre musicien connu de Hawai’i, Imua Garza.