Banalités

La banalité caractérise ce qui est commun, trivial ou insignifiant

Le lundi est un jour que beaucoup n’aiment pas. On va donc publier un petit truc sympa pour égayer cette journée. Allons faire un tour dans le Pacifique. Si on nous parle de Jack Johnson ou Iz Kamakawiwolé, tout le monde connait. Le tissu musical d’Hawai’i cache aussi quelques perles. Parmi se trouvent Kimié Miner. Je vous laisse apprécier cette petite perle qui tourne en boucle à la maison depuis quelques temps. Le guitariste/chanteur qui l’accompagne est un autre musicien connu de Hawai’i, Imua Garza.


Cette photo est de notre région d’origine (et adoptive en ce qui me concerne), la Drôme, au pied des vignes où commencent les Côtes du Rhônes et où l’on fabrique des crus comme le Crozes Hermitage ou le Saint Joseph. Cette photo a été publiée par une certaine Fleur avec le texte suivant:

Bonjour de la Drôme mes poupées. Aujourd’hui, je deviens officiellement marraine.

Fleur, c’est le petit lapin bleu de ma femme, c’était son sobriquet. Sans savoir que son doudou, étant petite, s’appelait Pilou, j’ai commencé à appeler mon deuxième fripon Pilou. Tout d’un coup, les choses sont naturellement tombées en place. Mode addict, nous avons eu droit à la robe de circonstance complètement dans le thème: Bambi et Panpan. Il faut dire que le Petit Pilou adore sa marraine.

Toute la famille réunie !

Toute la famille réunie !

Je ne pouvais pas ne pas publier quelque chose sur la marraine après avoir présenté le parrain. Et comme promis, voici quelques clichés de Pilou au printemps dernier avec sa marraine, dans le jardin, avec son frère (non il n’essayait pas d’en coller une au plus grand) et sa carte de baptême. Sa photo de pirate a été prise à l’île Maurice où nous avons fait un voyage sur le thème des… pirates, mais ça c’est une autre histoire.

Quelques petits clichés du quotidien.

Quelques petits clichés du quotidien.

Famille

Mes Valentins.

Seuls les plus perspicaces et les proches comprendront le titre.

Seuls les plus perspicaces et les proches comprendront le titre… il y a un élément de réponse plus bas.

Bientôt un an que je n’ai pas posté un seul billet. Ce n’est pas l’envie qui me manquait ni les sujets à aborder. La vie de père est tellement prenante qu’on laisse de côté beaucoup de choses de son quotidien. Je me rends compte que je joue moins de la guitare, que je me suis beaucoup plus occupé de la maison (une toute nouvelle cuisine posée avec un copain de ma belle-mère) et que j’ai encore des milliers de choses à faire.

Être parent, comme le disent tous ceux qui passent par cette étape, est une vie de concessions. On ne s’offusque plus de se péter la gueule en pleine nuit en glissant sur une pièce de Duplo ® qui traîne dans le couloir menant aux toilettes. Des fois on se demande quel cheminement de pensée ils ont ces petits fripons surtout quand on glisse les doigts dans le rouleau de PQ et on y trouve un Flash McQueen en métal version Radiator Springs.

Le regard perdu dans le vide, les fesses sur le trône, on visualise la scène. Le petit avait sa voiture dans sa chambre au premier. Il jouait avec sur son tapis-route. Puis il a dû descendre pour aller faire sa miction ou chercher quelque chose dans la cuisine. D’une manière ou d’une autre, il se retrouve dans les toilettes. Et là ? Lààààà ! Qu’est-ce qui se passe pour qu’il se décide à glisser cette voiture dans le rouleau en carton ? Quelle idée passe ? Quel neurone fait coucou à un autre disant de mettre le jouet là ? En plus, il jouait avec, et il est parti sans. D’habitude il cherche le véhicule avec rage quand il ne le retrouve pas. Le pire c’est quand il vous le demande… allez trouver cette foutue voiture dans les toilettes. Vous auriez eu le temps de retourner la maison 2 ou 3 fois sans rien trouver. Et là. Pépère ! Il s’en va sans que cela le dérange.

Ce sont dans des situations comme celle-ci où on se dit que les enfants resteront un mystère quand il est question de cohabitation. On mets des règles et on laisse ses propres habitudes derrière pour se concentrer sur les bonnes habitudes à inculquer à sa progéniture.

En parlant de progéniture, les derniers billets de ce blog parlaient de l’arrivée du deuxième volet de l’aventure. Il a été baptisé ce mois d’août 2014 dans la même église de quartier où sa mère l’avait été… D’ailleurs, sur la photo, il s’est payé un petit roupillon dans les bras de son parrain juste avant le grand bain.